dimanche 9 décembre 2007

Week 11 : Derniers cours de l'année

Dernière semaine de cours avant les examens éliminatoires de décembre.

La Gen Con du lundi a été un peu particulière. Christine et Zoë sont intervenues pour nous "briefer" sur les examens.
Une tenue professionnelle est exigée (exit jeans et baskets). Il s'agit d'un examen interne, donc le jury ne sera composé que de professeurs que l'on connaît. Il se divise en deux parties, la consécutive et la simultanée, chacune ayant lieu un jour différent.
La consécutive se déroule exactement comme à l'examen d'entrée, à cette différence près qu'on a le droit de prendre des notes. Elle représente 75% du résultat final.
La simultanée se fait uniquement dans une paire de langues, de B vers A ou de C vers A (si on n'a pas de B), à partir de l'anglais à chaque fois que c'est possible (c'est à dire pour tout le monde sauf les anglais A). Elle ne représente que 25% du résultat final et n'est pas éliminatoire, contrairement à la consécutive.

Enfin, Christine a tenu à nous faire comprendre que les examens étaient organisés dans notre intérêt, pas contre nous. Elle a expliqué que si on les ratait, cela dénotait une inadéquation entre nos capacités et les aptitudes spécifiques requises chez un interprète ; s'acharner dans une voie qui n'exploite pas nos meilleurs talents reviendrait à se marteler la tête contre un mur, et c'est pour éviter la faillite à long terme, notre faillite, que les examens sont là, à mi-parcours, pour nous laisser une chance de ne pas perdre notre temps en nous réorientant dans une voie plus adaptée à nos talents propres. C'était tellement bien dit que la pilule est passée comme une lettre à la poste.

Je ne peux pas en dire davantage sur les examens (secret d'Etat oblige).

Ensuite, nous avons fait un débat sur l'immigration en Europe, en simultanée. Pendant que certains étudiants restaient dans la salle et prenaient la parole à tour de rôle pour présenter leurs points de vue (réels ou inventés), d'autres allaient en cabine pour interpréter les interventions.
Les profs nous ont incités à être provocateurs et outranciers, afin de désarçonner les interprètes en sortant des énormités inattendues dans un langage assez coloré...

Les autres cours de consécutive et de simultanée ont été assez relâchés, histoire sans doute de ne pas nous surmener avant les exams. Beaucoup de discours d'examens des années passées ont été utilisés, pour nous rassurer un peu quant au niveau de difficulté de cet exam ; ça a marché.

Nous avons également eu deux cours sur l'UE au lieu d'un cette semaine, avec là encore un briefing pour l'examen qui aura lieu en janvier. Je ne me suis pas inscrit pour le passer, donc je n'en sais pas davantage.
Enfin cette semaine était la dernière pour s'inscrire en "Master", et tout ceux qui ne l'ont pas fait poursuivront donc le cours en vue de décrocher le PgDip. C'est mon cas.

Au fait, je me suis mis à apprendre la sténographie. Je me suis inspiré de Carla, qui avait suivi une formation de journaliste dans une vie antérieure, et qui connaît donc les rudiments du système teeline. Bien évidemment, elle ne s'amuse pas à prendre les discours en sténo, puisqu'il s'agirait alors de faire une traduction à vue à partir de ses notes, ce qui éliminerait tout le processus d'interprétation des informations, une étape nécessaire dans toute consécutive digne de ce nom. Elle prend donc des notes tout à fait semblables à celles de nos profs (par exemple), à cette différence près qu'elle note les listes et les mots-clés en sténo. C'est également avec cet objectif en tête que je me suis mis au système Duployé...

Voilà, à part ça vendredi quelques photos de groupe ont été prises ; ça fait bizarre de savoir que certains d'entre nous devront partir. J'espère ne pas en faire partie, sinon qui continuera le blog ?! En tout cas je me suis beaucoup attaché à notre petit groupe, et j'espère que la session de rattrapage de janvier nous repêchera tous insh'Allah.

1 commentaire:

elise a dit…

"Je ne peux pas en dire davantage sur les examens (secret d'Etat oblige)."
mais pourquoi?